Logo de Dimtrov
Dimtrov
Pour fermer cette fenêtre Cliquez ici
Camp de vacances : apprendre à devenir un YouTuber
  » Actualités   » Internet
Camp de vacances : apprendre à devenir un YouTuber
Source : CommentCaMarche   >>   Par Jérôme Perrier   Le lundi 04 juillet 2016 à 16:11:06
Les vacances scolaires commencent pour certains, avec leur lot d’occupations : un job d’été, des vacances farniente, une expérience à l’étranger… Et les camps de vacances pour devenir YouTuber, vous connaissez ?
YouTuber, un vrai métier
N’importe qui peut-il devenir un YouTuber ? Ce nouveau métier issu de la Toile émerge depuis peu, pour le plus grand plaisir des internautes. Pour les YouTubers les plus suivis, comme Squeezie ou Norman, tout a commencé avec un concept qui fait rire, une idée lumineuse ou un bagout unique... Pourtant, la gloire n’est pas automatique. Il s’agit bien d’un job à part entière qui nécessite un apprentissage rigoureux : créer son image et ses vidéos, les promouvoir, générer du trafic et capter l’attention des abonnés.

Des camps de vacances pour tous
Des camps de vacances hors du commun voient le jour aux États-Unis. Le concept est simple : apprendre le métier de YouTuber. Ces séjours sont principalement destinés aux jeunes âgés de 11 à 18 ans.
Des influenceurs ont décidé de construire leurs propres programmes pour se rapprocher de leurs fans et ainsi les faire bénéficier de nombreux conseils. Si des camps proposent d’apprendre le métier dans son ensemble comme celui de Bethany Mota et Tyler Oakley, certains ciblent un secteur spécifique : lancer sa propre marque avec Connor Franta ou lifestyle et beauté avec Meghan Rienks.
Plus qu’à choisir entre le Wisconsin avec « Camp Aim » et « Creator camp », et #Bestcampever situé dans le Connecticut.

Pour tenter l’expérience en Europe, 2bcamp à Madrid propose également ce type de camps avec des cours d’anglais et de nombreuses activités culturelles ou sportives.
À lire aussi

Cet article a été publié sur commentcamarche.net le 04/07/2016 et mis sur notre site le 05/07/2016 par Dimitri Sitchet Tomkeu.

À lire aussi


Commentaires